categories

Un vignoble remarquable

Le vignoble de Bastor-Lamontagne est situé sur la deuxième terrasse de la Garonne. Son terroir est essentiellement gravelo-sableux, avec une matrice argileuse légère et des variantes parcellaires tenant aux différentes proportions de graves. Son âge moyen est supérieur à 45 ans. Ce terroir prédispose à la production de vins plutôt fins avec une bonne acidité. L’encépagement est constitué de sémillon (80%) et de sauvignon (20%) dont une partie de sauvignon gris.

Le vignoble se compose d’une trentaine de parcelles, bien regroupées et quasiment d’un seul tenant. Les parcelles sont pour l’essentiel situées dans la commune de Preignac (hormis une petite parcelle de 0,71 ha dans la commune de Barsac, qui était à l’origine rattachée à Château Saint-Robert).

Le vignoble repose en grande partie sur un plateau sablo-graveleux, avec par endroits des croupes argilo-graveleuses, particulièrement propices à la production de grands vins. Le terroir, typique de l’appellation, est situé au bas de la moyenne terrasse du Sauternais, dont le haut est occupé par Château Suduiraut. La plus grande partie du vignoble se situe sur un grand ténement (lieu-dit La Montagne-Ouest), traversé d’Est en Ouest par une voie communale, ainsi que sur un ténement Sud (lieux-dits Le Rastot et Le Graveron) Deux petits vignobles insérés au sein de Bastor-Lamontagne, plantés uniquement en Sémillon, produisent des crus ayant conservé la dénomination du lieu-dit où les parcelles sont situées : Château du Haut- Pick (près de 9 ha, ayant appartenu à la famille Larrieu) et le Cru Bordenave (près de 3 ha).

Fort de son histoire, de son prestige et de la qualité de ses vins, le Château Bastor-Lamontagne fait partie de l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Encépagement

L’encépagement est constitué de cépages nobles, dont la composition est caractéristique du Sauternais : avec une dominante de Sémillon (riche et fruité), combiné à du Sauvignon blanc (qui apporte fraicheur et vivacité) et à une petite part de muscadelle (arôme bouqueté et persistance aromatique).

Programme de rénovation du vignoble

Un programme à long terme de rénovation du vignoble est mis en œuvre : arrachages de vignes trop anciennes et/ou situées sur des terroirs de qualité moyenne et nouvelles plantations.

Du bio à la haute valeur environnementale

Le vignoble de Bastor Lamontagne a eu sa première certification « Agriculture Biologique » en 2013, pour parcelle de 5 hectares, appelée « Bordenave ». En 2016, la totalité du vignoble a été certifié.

En 2020, nous serons certifiées Haute Valeur Environnementale (HVE 3), label créé par le ministère de l’agriculture. Son but est de valoriser les bonnes pratiques, en particulier environnementales. C’est une reconnaissance pour les vignobles engagés dans cette démarche. Dans cette même logique, la propriété sera reconnue par le Système de Management Environnemental (SME), lequel accompagne la transition environnementale et le changement vers des pratiques respectueuses de l’environnement. Ces démarches volontaires s’appuient sur le référentiel ISO 14001.

Cela inclus :

-ne plus utiliser de produits qui ne soient pas d’origine organique, raisonner leur utilisation, raisonner la fertilisation,

-faire des analyses de sols, utiliser les cartes satellitaires pour moduler les traitements par parcelles, par pied,

-de travailler la biodiversité, recréer des haies, des murets, pour les insectes, les oiseaux.. laisser des jachères

La satisfaction pour tous, c’est un meilleur vin, plus abouti, c’est la fraîcheur, la plus grande complexité et la finesse. C’est le plaisir et la bonne santé des vignerons tout au long de l’année. C’est de voir des ruches et des abeilles qui reviennent dans l’ecosystèmes.

Conduite du vignoble

Les vins de Sauternes et de Bastor Lamontagne en particulier, sont des vins de collection, qui racontent l’histoire, la tradition. Ce sont aussi des vins de soif, des vins modernes, des vins de consommation.

La culture de la vigne à Bastor Lamontagne est dans ce droit fil, tradition, respect de l’environnement, modernité. Nous préservons la tradition historique d’une propriété au noble dessein et une approche avant gardiste, résolument contemporaine.

Bastor Lamontagne, son style sur le fruit, la fraîcheur, l’équilibre et la délicatesse, la finesse, en fait un vin « décalé « pour son Appellation.

Nous modelons tout au long de l’année chaque pied de vigne. Le travail est minutieux. Il est quotidien, pour donner le meilleur raisin, en particulier le cépage Semillon, à la peau fine, délicate et d’une grande finesse et le Sauvignon plus fruité. Ils accueilleront à l’automne le Botrytis Cinerea, ce champignon exceptionnel et naturel.Travail traditionnel du sol. Les travaux sont principalement réalisés en interne, sauf l’effeuillage et la vendange.

Vendanges

Exclusivement manuelles et effectuées en général depuis la mi-septembre jusqu’à la mi-octobre. Les vendanges manuelles mobilisent environ 80 personnes et sont réalisées au cours du développement de la pourriture noble sur le raisin.

Vinification et elevage

Le Sauvignon est ramassé en cagettes, le Semillon selon les parcelles, en cagette ou en petites bennes.

Chaque parcelle est séparée jusqu’à la fin de la fermentation alcoolique.

80 vendangeurs s’activent dans les 45 hectares du vignoble, pendant environ trois semaines et trois ou quatre, rarement cinq tries de fin septembre à fin octobre, selon les années.

Les raisins arrivent à la cave, identifiés par parcelles pour le suivi des lots jusqu’à l’assemblage à la fin de l’élevage en barriques. Selon la température, pour protéger le fruit, la légèreté, la pureté, les raisins peuvent être conservés pendant quelques heures dans une chambre froide en cagettes. Une dernière sélection manuelle se fait avec une table de trie, avant de passer les raisins sélectionnés, parfaitement botrytisés, vers le pressoir en pressurage direct. Les pressées sont longues et délicates pour obtenir le meilleur jus de ces baies déshydratées par le Botrytis Cinerea.

Le jus ou moût obtenus est mis en stabulation au froid, environ 4°C, pendant une nuit pour faire tomber les grosses impuretés. Le lendemain matin, c’est le débourbage. Il s’agit de prendre le jus clair par-dessus . Celui-ci est alors mis en barriques de chêne neuves pour la fermentation alcoolique. Elle dure environ deux semaines, jusqu’au point de mutage. Quand les levures s’épuisent et que le sucre résiduel est au niveau du bon équilibre, nous arrêtons la fermentation le plus souvent en apportant une dose minimum de soufre, qui plus est étant en Agriculture Biologique, c’est le mutage, ou par le froid selon les millésimes. Le bon équilibre pour le Grand Vin de Bastor Lamontagne se situe autour de 120 grammes de sucre naturel et de 12.5/13.5°C d’alcool, avec une acidité équilibrée.

Le vin fini sera soutiré de la barrique de fermentation dans une barrique propre pour l’élevage. Nous utilisons un tiers de bois neuf pour cet élevage pendant environ 12 mois. C’est la bonne proportion de barriques neuves,  pour le Grand Vin de Bastor Lamontagne, représentatif du millésime, du terroir, de sa biodiversité. L’élevage en barriques amplifie l’identité du vin. L’échange entre l’oxygène et le vin à travers les pores du bois apporte la finesse, amplifie le style aérien. C’est  Bastor Lamontagne.

 Nous finirons cette présentation sur le mot du propriétaire, Joseph Helfrich, pour décrire ce Grand Vin, « oui pour sa couleur pâle, son bouquet floral ou de fruit frais, agrumes, pêche blanche, sa bouche plus vive et nerveuse sur des notes de gingembre, de cédrat, de poire. Bien qu’il soit de longue garde, il est apprécié jeune, grâce à sa vivacité, à son élégance . »

Le vin, c’est la main de l’Homme

De la Vigne au Chai

Améliorer l’outil de production est la priorité de Joseph Helfrich, qui envisage de réaliser un travail de fond dans sa nouvelle propriété.

Les investissements, en cours, permettront à très court terme une modernisation des chais.

  " Notre stratégie pour valoriser Bastor-Lamontagne passe en premier lieu par l’outil de production. Michel Garat est sur place depuis 30 ans, nous ne perdrons pas l’histoire de la propriété, nous nous appuierons sur son expertise et nous inscrirons dans la continuité de l’histoirdu domaine.

Nous sommes convaincus que ce renouvellement, cette modernisation, permettra d’exprimer mieux encore le potentiel de ce terroir."

Joseph Helfrich, 

"Les investissements en cours vont permettre au Château Bastor-Lamontagne de gagner encore en précision : une nouvelle cuverie de petite, voire très petite capacité, va nous permettre d’opérer lors des vendanges des sélections encore plus fines, afin de parfaitement isoler chaque lot en fonction de ses qualités.

Par ailleurs, une remise à plat du parc de barriques va être entreprise, pour ajuster au mieux l’élevage à la qualité du vin."

Michel Garat, Consultant Domaines Helfrich

Densité à l’hectare : 7 000 pieds/ha

• Taille : à cot pour le sémillon et en guyot pour le sauvignon.

Une attention particulière est apportée lors de la taille à la bonne aération et répartition des futures grappes.

Travail du sol : butage et « débutage », travail de l’inter-rang par griffage ou enherbement naturel contrôlé selon les parcelles.

L’épamprage est particulièrement attentif et soigné afin de favoriser la bonne aération des grappes, gage d’un bon développement du botrytis.

• L’effeuillage, capital à Sauternes, permet une bonne ventilation de la zone fructifère et évite de conserver au niveau de la grappe une trop grande humidité qui serait favorable au développement de pourriture grise plutôt que de la pourriture noble.

Les vendanges, exclusivement manuelles (3 à 5 tries), mobilisent chaque année 80 vendangeurs particulièrement formés et coachés par des personnels chargés de contrôler la qualité de leur récolte.

La constance de qualité des vins de Bastor-Lamontagne est le fruit d’une exigence qualitative renouvelée chaque année : « nous avons construit cela dans le temps, ce qui nous permet d’être une référence dans notre catégorie. J’ai voulu aller le plus loin possible dans le positionnement du vin de sorte que sa personnalité corresponde précisément à son terroir », explique Michel Garat, qui a produit son premier millésime sur la propriété en 1987.

« Notre chance est également d’avoir une superficie relativement importante qui offre une belle diversité de terroirs et permet d’exister sur chaque millésime, quelles que soient les conditions climatiques et l’hygrométrie. »